1719 : Un debut d urbanisation a la reunion

architecture reunion,architecture ile reunion,architecture case créole,architecture creole

1719 : Un debut d urbanisation a la reunion architecture reunion,architecture ile reunion,architecture case créole,architecture creole

1719 : Un Debut D Urbanisation A La Reunion

1719 un debut d urbanisation a la reunion
La colonisation du reste de l’île se poursuit. De 1719 à 1722, des vagues d’immigrants en provenance de Saint-Paul s’étendent vers le sud. Au milieu du 18ème siècle, l’ensemble de la zone côtière sera couvert de concessions. L’année 1727 voit l’arrivée de Pierre Dumas, nouveau Gouverneur de l’île de Bourbon (île de la réunion). Par son dynamisme, il lance vraiment le premier développement de l’infrastructure que nécessite une île en pleine expansion, et une culture du café florissante. Il appuie de son soutien la colonisation du sud pour laquelle il fait dessiner par Antoine de Bavière le premier plan en damier et concède quarante-huit emplacements à la Rivière d’Abord qui deviendra la ville de Saint-Pierre.

La population est en progression constante du fait de l’importation régulière de main-d’œuvre servile, mais aussi par une immigration européenne jamais interrompue. Les habitants de l’île Bourbon sont estimés à 7 500 dont 5 500 esclaves en 1732 et à 9 500 en 1735. Pourtant il faut relativiser la notion de développement car les îles de la Réunion et Maurice (île de Bourbon et île de France) continuent de rester un point d’escale. C’est à cela, plus qu’aux résultats des premières plantations de café, qu’il faut attribuer le développement succinct de Bourbon par la Compagnie des Indes.

Le Gouverneur Pierre Dumas s’attaque ensuite au développement de Saint-Denis. Ce n’est pas une tâche facile car compte-tenu du relief de l’île, les voies de communication étaient un problème épineux non résolu par les précédents Gouverneurs. Il s’y atèle de suite et fait relier Saint-Denis à Saint-Paul. Le problème des voies de communication réglé, il lança son programme de construction, en commençant par les hôpitaux et les magasins.

Dès 1730, un grand magasin entrepôt est bâti à Saint-Denis sur les plans du Sieur de Grainville, ingénieur de la Compagnie des Indes. Les débuts sont décrits comme difficile par le manque de matériaux et d’ouvriers qualifiés, éternel problème de Bourbon. Pourtant les travaux vont se poursuivre et après 4 années et deux autres ingénieurs, le rez-de-chaussée est debout et sert de grand magasin pour entreposer les balles de café. Le bâtiment est d’une grande simplicité et de taille assez réduite en comparaison à ses contemporains d’Europe ou même des comptoirs des Indes. Mais pour l’île Bourbon, c’est le premier édifice de grande taille, et de plus, élevé en dur.

Dumas porte aussi son intérêt sur l’Est puisque Saint-Benoît, peuplé dès 1700, est érigé en quartier et paroisse en 1733.