1738 : Les grands travaux urbains a la reunion

architecture reunion,architecture ile reunion,architecture case créole,architecture creole

1738 : Les grands travaux urbains a la reunion architecture reunion,architecture ile reunion,architecture case créole,architecture creole

1738 : Les Grands Travaux Urbains A La Reunion

1738 les grands travaux urbains a la reunion
Avant même de s’intéresser à la régulation du plan des villes, l’Administration Royale avait montré la reprise en main de l’île par une nouvelle politique de construction. Depuis l’achèvement de la Grande Loge de Saint-Denis en 1738 par Mahé de la Bourdonnais, il n’y avait plus eu de bâtiment d’importance affirmant la suprématie du pouvoir. D’ailleurs, la Compagnie des Indes n’avait jamais cherché à établir une véritable autorité sur Bourbon.

Avec le rachat des îles, tout change. Les Administrateurs du Roi ne sont plus les représentants d’une société marchande mais d’un souverain. L’architecture étant aussi un excellent moyen de propagande, les ordonnateurs vont dès leur arrivée, lancer un important programme de construction à Saint-Denis, Saint-Pierre et Saint-Paul pour les édifices devant abriter leur administration et leurs logements. La loge de Saint-Denis est la première à faire l’objet d’une rénovation de taille puisqu’il est décidé d’en remanier la façade.

A la fin des travaux, en 1788, la Loge a perdu son aspect de forteresse pour prendre celui d’un très beau palais. Le plan du Rez-de-Chaussée montre clairement la diminution du rôle d’entrepôt, ceux-ci étant quasiment relégués dans l’aile gauche rescapée de l’ancienne enceinte. Des entrepôts sont bâtis à Saint-Denis, mais surtout les autres villes importantes de Bourbon (île de la reunion) sont pourvues à leur tour, d’un imposant hôtel du Gouvernement. La grande Loge de Saint-Denis restera toujours un peu à part dans la trame urbaine de la ville, non seulement à cause de sa position excentrée mais surtout par son exception architecturale de haute tradition mi-française, mi-indo-portuguaise.

Au même moment, l’Administration Royale équipe Saint-Paul et Saint-Pierre d’hôtels du Gouvernement faisant, aussi, office de magasin. Les deux magasins de Saint-Paul et Saint-Pierre, sont représentatifs de la volonté administrative d’être présente sur l’île.

La construction de l’Hôtel de Ville de Saint-Pierre a été décidée le 8 septembre 1736 par le Conseil Supérieur de Bourbon, mais n’a été réalisé que sous la période Royale. En plein essor, la ville de Saint-Pierre est dotée d’un bâtiment plus spacieux et plus soigné que celui de Saint-Paul. L’Administration Royale est désireuse de développer un pôle sud à l’opposé de Saint-Denis et va se donner les moyens. Il n’y a aucune construction à Bourbon (île de la reunion actuelle), à ce moment là, de cette taille et de cette qualité. On doit se rappeller que la grande Loge de Saint-Denis est le résultat de multiples ajouts et non d’une conception d’un seul tenant.

Les vingt dernières années de règne de l’Administration Royale (la Révolution arrive…), caractérisées par une politique de construction très active, traduisent une volonté réelle de développement de l’île. Cette attention portée aux équipements publics est à l’origine d’une série de bâtiments de qualité. Ce soin apporté à la construction a permis leur conservation jusqu’à nos jours, car souvent les malfaçons ont entraîné la disparition de la majorité des édifices de la Compagnie des Indes.