1770 : Les maitres d oeuvre a la reunion

architecture reunion,architecture ile reunion,architecture case créole,architecture creole

1770 : Les maitres d oeuvre a la reunion architecture reunion,architecture ile reunion,architecture case créole,architecture creole

1770 : Les Maitres D Oeuvre A La Reunion

On peut aisément imaginer que les grands planteurs de l’île, ont été à l’origine de la création de nombreux magasins que nécessite une production florissante du café. La conséquence en est une rupture dans l’unité avec les bâtiments nés de l’Administration Royale et de la Compagnie des Indes. L’évolution naturelle, au fil des années, d’une architecture indo-française dirigée par la Compagnie ou par l’administration formait un ensemble plutôt cohérent, née d’une sorte de symbiose des deux styles, déjà très proches l’un de l’autre.

A partir de 1770, les délégations octroyées à des décideurs locaux vont modifier la généalogie architecturale. Les constructions étalées sur une période courte, ne dépassant pas une vingtaine d’années, et n’ayant plus d’unité de style aussi nette, il est difficile d’en établir une typologie. Même la datation n’est plus d’une grande utilité puisque la conception variée des édifices ne suit pas la chronologie. C’est désormais un shéma d’évolution en dents de scie, avec des phases d’urbanisation médiocres succèdant à d’autres, de qualité, sans qu’aucune logique ne puisse vraiment prévaloir. On peut juste discerner un retour plus net à une construction soignée après 1780. Cette période de conception architecturale plutôt moyenne, entamée en 1772 avec le presbytère de Saint-Pierre, se retrouv dans l’église de Saint-Paul.

Bâtie en 1778 sur le modèle de Sainte-Suzanne, référence jusqu’au début du 19ème siècle, elle n’en a pourtant pas les qualités. L’appareil, en moellons grossièrement équarris, entraînait impérativement un enduit dissimulateur. La grâce du linteau cintré avec clef passante ne comble pas le manque de pilastres rythmant la façade. Ceux encadrant la porte du transept ne vont même pas jusqu’au niveau du toi, empêchant la formation du fronton-pignon classique.

La seule innovation par rapport au modèle de Sainte-Suzanne est dans le couronnement des portails par un édicule à niche, entouré de deux petites ouvertures, le tout surmonté d’un œil-de-bœuf.

L’investissement apporté à l’édifice est cependant considérable puisqu’il est de grande taille, mais au détriment de la qualité de la construction. l’ensemble dénote une certaine régression dans le soin apporté à la mise en œuvre mais pas à la solidité.