Apres la vente des esclaves

histoire reunion

Apres la vente des esclaves histoire reunion

Apres la vente des esclaves

le développement sucrier s’accompagne d’une réduction brutale des cultures vivrières et d’une forte immigration de main-d’oeuvre.

La population est passé de 27700 habitants en 1767, à 65000 en 1804.
Les blancs (et les affranchis alors peu nombreux) sont 5300 en 1767, 27200 en 1830 (dont 7000 affranchis).
Durant la même période, le nombre d’esclaves passe de de 22200 à 71000.

Les esclaves habitent dans des camps, près de l’usine, à proximité des magasins des hangars, des écuries et des étables, des balances et des bureaux, tout ce qui constitue “l’établissement”, non loin de la maison du maître.
Ces eclaves sont composés essntiellement de malgaches et d’africains pour le travail très rude de la terre et des usines, d’indiens pour les travaux domestiques (cocher, jardinier, cuisinier, etc.) et l’artisanat (menuisiers, charpentiers, maçons, etc.).
La vie de ces esclaves dans les camps est difficile et fort simple :

“A la nuit tombante, les esclaves cessent leurs travaux. Ils se rassemblent tous sur l’argamasse (plateforme pour sécher le café ) ; le géreur (le blanc qui a la surveillance de l’habitaion) fait l’appel nominal. “maintenant, vous autres, écoutez, leur dit-il, que les commandeurs viennent se placer autour de moi. Jean-Louis, demain matin, tu te mettras à la tête de la petite bande (c’est celle de jeunes noirs de 8 à 15 ans)pour ramasser les cotons qui sont nouvellement ouverts. Comme nous aurons beaucoup de bazar, Cupidon aidera la négresse bazardière à porter ses paniers de légumes et de fruits. La grande bande se partagera en deux. Une moitié ira casser le maïs qui nous reste à récolter dans les hauts, l’autre moitié ira à la cueillette du café rouge. Les commandeurs veilleront bien à ce qu’on ménage les arbres et à ce que les fruits ne soient cueillis en parfaite maturité. Vous autres vieilles et vous autres nourrices, vous continuerez à faire des sacs pour notre café, parce qu’après demain, les noirs feront un voyage pour porter au quartier ce que nous en avons préparé. Les noirs charpentier se mettront à travailler à notre nouvel hôpital. Zéphyr, tu donneras 25 coups de fouet à notre voleur de café et autant au marron que l’on vient de nous ramener. Vulcain, le forgeron, les mettra tous les deux à la chaîne. Ils ne feront autre chose que de moudre du maïs. Jupiter, tu iras avec la Fortune, Oscar et Narcisse porter les deux cochons que nous avons vendus au boucher. Comme il commence à faire froid, vous rappoorterez une couverture de toile bleue qu’on partagera entre vous tous. Mais, je préviens que je fais punir le premier qui vendra son rechange pour boire, ou qui donnera sa toile à des négresses. A présent, vous n’avez qu’à vous en aller souper” (A. Billard).


Article lu 16776 fois

Photos