Banques de la Reunion

- Economie Reunion

Banques de la Reunion

Banques De La Reunion

banque reunion

• Des créations viables dans le temps ...

Le risque que représente une PME et son potentiel de développement est difficile à apprécier même par un spécialiste . Sans une plus grande mobilisation pour réduire les difficultés d’accès au crédit des PME innovantes de la part de l’administration, des créations viables dans le temps vont être de plus en plus rares.

La majorité des PME à la Réunion se déclarent satisfaites de leurs relations avec leurs banquiers, comme le montre les dernières enquêtes de conjoncture. Mais au delà de ces statistiques générales favorables, dans un contexte de reprise de l’investissement, notamment dans les secteurs innovants, des entreprises en développement suffisamment dotées de fonds propres se voient encore refuser par leur banque les crédits nécessaires à leur croissance. Ce constat est d’autant plus inquiétant que la moitié des PME sont monobancaires et donc très dépendantes de leur banquier. Or, ce sont ces entreprises qui assureront l’indispensable renouvellement du tissu productif de l’île.

Dans l’immédiat, il serait souhaitable que les pouvoirs publics renforcent davantage les dispositifs de garantie en faveur du développement des PME, en particulier de celui des TPE. Le fort effet de levier constaté sur ces interventions rend en outre la mesure peu coûteuse.
Dans une perspective d’ouverture vers l’international, il est nécessaire d’ouvrir les relations interbancaires vers d’autres pays : l’Allemagne, le Japon, l’Afrique du Sud afin de pouvoir traiter équitablement les dossiers d’investisseurs étrangers.

Un code de bonnes relations¬
Les relations banques-entreprises sont encore largement à améliorer dans l’île. La diffusion d’un “ code de bonnes relations ”, précisant les engagements réciproques du banquier et du chef d’entreprise, figure parmi les mesures les plus souhaitées par les sociétés, ainsi que des relations plus fréquentes entre les interlocuteurs et une revalorisation du rôle des chargés d’affaires, souvent affecté trop rapidement dans d’autres secteurs géographiques. Il serait important de diminuer leur taux de rotation, nuisible à une relation de confiance dans la durée.“
L’amélioration durable des relations entre banques et PME, et en particulier de l’accès au crédit, demande un engagement réciproque. Ces efforts importants demandés aux banques devrait être soutenu par la Région et le Département dans le cadre de leur politique de création d’emplois et de richesse locale.

Voir les adresses des banques de la Réunion