Créole et monde marin

culturel

Créole et monde marin culturel

Créole et monde marin culturel


Le créole est riche en mots issus du langage des marins.

Ce n’est pas étonnant : les insulaires n’ont-ils pas tous de lointains ancêtres qui sont venus par la voie des mers ? On pourrait citer le verbe « larguer » qui prend à la Réunion le sens de « lâcher ». Quand on dit : « Largue a moin » cela signifie « Lâche-moi ! ». Mais il en existe d’autres comme « mett lo cap » qui prend le sens de « se diriger ». « La moque », le pot en fer blanc qu’on utilisait dans les cuisines aussi est issu du monde de la mer et désigne le récipient qui servait à écoper l’eau. Le « nail » pointe de la toupie vient aussi d’un terme de marine anglais. Même à la Plaine des Palmistes, à l’intérieur de l’île, on ne se repose pas sur une pierre ou une roche, mais sur un « galet ». On ne lace pas les chaussures : on les « amarre ». Si « mouiller » signifie en marine « arriver au port, ancrer » sur l’île il a gardé le sens d’ « achèvement » : ainsi « achever » un travail, c’est « mouiller » un travail. Un « râlé-poussé » est une déformation de « haler-pousser », le halage étant un terme marin. Et il en existe une foule d’autres... qu’on découvre ou qu’on redécouvre en habitant sur l’île.