Eruption du Grand Brule de 1859

Geo et climats

Eruption du Grand Brule de 1859 Geo et climats

Eruption du Grand Brule de 1859

Ceci est la retranscription d'un article de presse du journal Le monde illustré du 15 janvier 1859 relatant l'éruption du Grand Brûlé de 1859.

Eruption d'un volcan à l'île Bourbon

Il y a, dans l'océan indien, une île heureuse entre toutes les îles; Le premier qui l'habita fût peut-être, le père d'Adam. Une campagne merveilleuse, des vallons arcadiens, des sources d'eau à la glace, des velours de gazon, des perspectives qui donnent la joie aux yeux, des horizons de mer incomparable, un ciel d'une clémence divine, une végétation de parasols sublimes, une température flanelle; La vie partout et point de fièvres endémiques, point d'inscete venimeux, de reptiles cachés sous l'herbe, de pestes cachées sous les fleurs, de bêtes fauves cachées dans les bois. Telle est l'île adorable connue sous le nom d'île Bourbon, et qui n'a peut-être d'égale au monde Pulo Pinang, où flotte l'étendard anglais...

La nature avait mis donc toutes ses complaisances sur cette île, et ses habitants avaient le légitime orgueil, et les pèlerins de l'océan indien disaient, en l'apercevant à l'horizon :"Voilà une île trop évidement heureuse; c'est humiliant pour les autres îles de l'univers; Il n'est pas permi de jouir d'un pareil bonheur sur cette terre de larmes. Les nègres même ne s'y révoltent pas, et n'ont jamais tenté le mondre effort pour se faire blanchir par M.Isambert !"

Est-ce la comète de Donati qui a troublé le bonheur séculaire de l'île Bourbon, ou une autre cause mystérieuse ? C'est, ce que l'ignorance humaine, appelée science, ne peut expliquer. Un des monts volcanique qui forment le noyau de cette île heureuse, a tout à coup pris des grands airs de Vésuve et a lancé sur cet eden une incroyable profusion de laves de scories, de pierres ponce, de cendres et de mâchefer ! Jugez de la surprise de ces fortunés insulaires, endormis sur des roses ! Ils se sont tous écriés que la montagne n'avait pas le droit de se faire volcan, et on invoquait la prescription.

Cris impuissants ! La montagne a continué son oeuvre et versé de nouveaux torrents de lave sur les plaignants de l'eden.

Au fait, la montagne était rigoureusement dans son droit; On lui a donné ce nom, le "Grand-Brulé". Donc, il y avait dans ce nom, que la montagne ne s'était pas donné, un avertissement traditionnel. Son panache de fumée était d'aileurs un indice permanent qui parlait à tous les yeux.

La meilleure de toutes les accusations lancées contre la montagne est celle-ci : Une montagne qui veut s'élever ou se replacer à la dignité de volcan, avertit toujours les voisins une semaine avant l'éruption par quelques petites oscillations du sol. Elle crie " Gare !" les voisins ont alors le temps de s'éloigner, de se mettre en lieu sûr.

Ce reproche est assez spécieux, et il s'est trouvé fortement appuyé par une citation du beau livre du savant M. A.Snider, sur la création : "les éruptions des volcans n'arrivent jamais sans qu'auparavant, elles soient anoncées par des bruits souterrains et des tremblements de terre". Jusqu'à ce jour, l'assertion de M. A.Snider est incontestable. Ainsi, lorsqu'en 1779, le Vésuve joua le rôle du "Grand Brûlé" de l'île Bourbon, il donna de longs avertissements aux voisins par les voies souterraines d'Ottayano et de la Somma, et par des convulsions épouvantables qui coururent de Pausilippe au cap Misène. Aussi, il n'y eut de victimes que parmi les curieux obstinés, les naturalistes, les prisonniers et les académiciens. L'amiral Pline courut pour examiner le phénomène de près, avec son neveu. Pline périt par sa faute; Le Vésuve n'avait pas tort; Il avait averti. Depuis 1779, tous les volcans se servent du même procédé; Ils avertissent et font trois sommations et trois roulements. Si vous restez sur place, tant pis pour vous ! Le volcan fait feu.

Le Piton de la Fournaise a voulu se singulariser; C'est le défaut de notre époque; Chacun vise à l'originalité aujourd'hui. Un beau matin, les heureux colons de ces vallées divines, où les arbres s'élèvent si haut pour parler à l'océan, les colons de ce paradis se sont réveillés, après une nuit douce, et ils ont vu une montagne innocente lancer feu et flammes contre le ciel; Ils ont cru que le volcan "Mara-api, colère du feu" était venu de Java sur les ailes de la mousson, et qu'il s'était incrusté parmi les roches de la rive, au milieu de la nuit, sans vouloir réveiller les voisins par des tremblements de terre qui n'appartenaient qu'aux siècles de barbarie et que n'admet plus notre civilisation.

L'opinion des insulaires les plus éloignés n'a pas été aussi favorable au jeune volcan. Ils soutiennent toujours que le Grand Brûlé devait rester Grand Brûlé jusqu'à la fin du monde, qu'il avait violé comme charbon éteint et comme volcan, toutes les règles de la physique et qu'ils porteront leur plainte à l'académie des sciences de Paris.

Si j'avais l'honneur d'être savant, j'oserai hasarder un paradoxe : J'oserai dire que la terre doit se réjouir lorsqu'une montagne se change en volcan, même en violant les lois de la physique. Si cet immense travail de digestion, que fait notre planète dans ses cavités profondes, ne trouvait plus d'exutoires à la surface, il nous arriverait malheur bientôt, à nous qui rampons comme des atomes sur ce grain de sable de l'infini. laissons respirer la terre; laissons lui ouvrir ses cheminées qui fument. Déjà une convulsion géologique a boulversé l'équilibre de notre planète, a incliné son axe et produit ainsi l'inégalité des saisons. Si tous les volcans s'étaignaient et si les abimes de feu qu'elle emporte dans ses entrailles, avec son lest de granit et de minéraux, en trouvaient plus 'évaporation à la surface, un nouveau cataclysme éclaterait par cette violente compression des forces intérieures, et cette fois, au lieu des quatre saisons, nous subirions la chance d'en avoir une seule, l'hiver des lapons.

Quant à l'île Bourbon, mon île chérie, l'île de mon enfance, elle est toujours la plus heureuse des îles, malgré la résurrection du Grand-brulé; Un volcan ne peut pas même porter atteinte au bonheur séculaire qi environne ce paradis de l'océan indien. Ce volcan arrive comme une exception en géologie ; il n'est pas accompagné de tremblements de terre : La convulsion qui fait frissonner la plante de nos pieds, en ébranlant nos cerveaux, est le plus formidable des phénomènes. Elle trouble les nuits et change les poutres de nos alcôves en épées de Damoclès; mais un volcan qui s'écarte de la routine

et ne s'entoure d'aucune terreur électrique est un voisin charmant, un artificier économique, un Ruggieri de la nature, un artiste de flammes qui prend la mer pour un miroir, les cieux pour frise, les montagnes pour amphithéâtre, un peuple entier pour spectateur, et exécute d'admirables exercices de pyrotechnie, dont personne ne paye les frais. Heureuse, l'île Bourbon; Il ne lui manquait qu'un volcan civilisé en plein éruption ! Elle possède tout maintenant.


Article lu 8431 fois

Photos

Eruption du Grand Brule de 1859