Eugene Dayot

Culture Reunion

Eugene Dayot Culture Reunion

Eugene Dayot

Eugene dayot

Poète malade de la lèpre dès ses vingts ans, il se qualifiera lui-même de mutilé. En mourant en 1852 à l’âge de 42 ans, il laissera derrière lui une œuvre empirique inachevée.

Il aurait apparemment contracté la lèpre lors d’un séjour à Madagascar . Son poème le plus célèbre, « le mutilé » est une longue plainte où il décrit son calvaire quotidien, tout en rendant l’amour qu’il a pour sa mère. En 1839 il fonde le journal saint-paulois « le Créole », tout en collaborant au journal « Courrier de Saint Paul ».
Il entreprend d’écrire un roman titanesque intitulé « Bourbon pittoresque » dont les premiers chapitres sont publiés dans le « courrier de Saint Paul ». Cette véritable fresque doit peindre l’histoire des premiers habitants de l’île, ainsi que la colonisation, le tout sous fond de lutte entre les habitants des bas et ceux des hauts, les marrons. D’après lui, tout cela aurait pu se passer dans la paix, mais les colons, en commanditant des chasseurs de marrons tel le célèbre François Mussard en ont décidé autrement. Malheureusement, l’œuvre si alléchante reste inachevée, et Eugène Dayot meurt à Saint Paul, sans avoir, contrairement aux autres poètes réunionnais, jamais quitté l’île pour la métropole en quête de reconnaissance.


Article lu 7794 fois

Photos