Jean Baptiste Lislet Geoffroy

Culture Reunion

Jean Baptiste Lislet Geoffroy Culture Reunion

Jean Baptiste Lislet Geoffroy

Quel destin surprenant pour ce fils d’esclave affranchit dont rien ne laissait présagé un tel destin. Il faut sans doute le savant le plus écouté de son temps.

Né en 1755 d’une esclave affranchie, il est le petit fils d’un roi d’une tribu africaine dont les esclavagistes massacrèrent toute sa progéniture mâle. Seul une de ses filles, Marie-Geneviève Niama survécu et fut faite esclave à l’âge de 9 ans. Pendant 13 ans elle fut esclave pour la Compagnie des Indes, puis fut vendu à Monsieur Geoffroy qui l’affranchira.
Marie-Geneviève mettra au monde quelques années plus tard un fils, nommé Jean-Baptiste, dont le père est sans doute Monsieur Geoffroy. Celui-ci d’ailleurs donne des leçons de dessin et de mathématique à l’enfant, puis même du latin. Jean-Baptiste travailla jeune, dès l’âge de 15 ans dans les ponts et chaussées. En 1774 il part pour l’île de France (Maurice) où Monsieur de Tromelin remarquera ses grandes qualités d’érudit des mathématiques et de l’astronomie. En 1780 il deviendra le dessinateur du Génie à l’île de France. En 1794, alors qu’il rentre des Seychelles d’une mission de cartographie, le Général Malartic, alors Gouverneur des Îles de France et de Bourbon, fait de lui l’Officier adjoint du génie militaire. En 1810 il deviendra, nommé par Decaen, chef de la commission du génie pour la remise de l’île de France aux anglais. Il restera ensuite en île de France désormais anglaise où il finira sa vie en 1835.


Article lu 6000 fois

Photos