Le Pere Lafosse

Culture Reunion

Le Pere Lafosse Culture Reunion

Le Pere Lafosse

Après la Révolution en 1789, comme partout en France, les biens du clergé sont confisqués par l’Etat, ainsi que la prise en charge de certains travaux, comme la tenue des registres d’état civil, ou encore l’enseignement.

En 1790, le Père Lafosse, alors Maire de la commune de Saint Louis, écrit au procureur de sa commune pour lui faire part de ses doutes quant à la confiscation de ses biens, notamment de ses l'esclave, car le nouvel Etat français reconnaît tout les hommes libres. Ses propos sont repris et déformés par un certain François Hoarau qui fait dire que le prêtre et Maire est pour l’abolition de l’esclavage. Les choses se dégradent encore le jour où à l’église un esclave du Père Lafosse refuse de céder sa place à un blanc. Le noir est arrêté, et pour encore plus envenimer les choses, le Père Lafosse vient le rechercher, accompagné de tous ses esclaves. Il est alors injustement accusé d’avoir fomenter une révolte et doit donc démissionner de la mairie de Saint Louis le 11 janvier 1790.
En 1798, il sera de nouveau sur le devant de la scène lors des insurrections du Sud de l’île, où avec Belleville, il se révoltera contre l’Assemblée Coloniale et sa politique de plus en plus réactionnaire.


Article lu 7524 fois

Photos