Madame Visnelda

Culture Reunion

Madame Visnelda Culture Reunion

Madame Visnelda

madame visnelda

Madame Visnelda est née le 29 juin 1922 à Diego-Suarez (Madagascar). Son père, Clémencin Honorine, saunier à Madagascar et originaire de Etang-Salé épouse Agnès Faubourg, originaire de Saint-Joseph.

Cette dernière suit son mari sur la Grande Ile. La famille retourne à la Réunion, Clémencin signe un contrat afin de participer à la construction de la première saline à l’Etang-Salé-les-Bains et Agnès, sa maman y dirige une petite école.

Elle apprend à connaitre les plantes aux côtés de sa grand-mère Marie-Amédée et de son père, dontle secret des plantes lui a été transmis par sa mère. Elle apprend beaucoup auprès de monsieur Bothard, botaniste de Saint-Gilles.
Après avoir obtenue son brevet élémentaire, elle suit des cours de sténodactylo dont elle obtient le diplôme. A 18 ans, suite au décès de sa mère puis de son père, elle est contrainte de subvenir aux
besoins de ses 4 soeurs et de son frère. Elle rejoint le personnel de la mairie à l’Etang-Salé-les-Hauts, elle gravit les échelons à force de travail. En effet, en 1954 elle est diplômée de l’Ecole Nationale des Services municipaux, en 1962 elle réussit le concours de rédacteur. Enfin en 1967, elle est la première femme à la Réunion à exercer comme secrétaire général de mairie, poste dont elle est
titulaire.

En 1948, elle épouse Robert Visnelda, ils ont 4 fils. C’est à 30 ans qu’elle a la révélation de son don de guérisseuse, elle guérit d’abord son voisinage proche. Rapidement, le bouche à oreille fait que le don de Madame Visnelda est connu dans toute l’île et les soirs de semaine après sa sortie du bureau elle reçoit les malades. Elle décèle la maladie par imposition des mains et la soigne avec les plantes.

Elle a aussi des clients victimes d’envoûtement, possédés par des esprits, ainsi elle pratique l’exorcisme dans les cas de possession par les âmes des morts. Ces dernières sont ceux de personnes
mortes de façon violente comme par pendaison ou par assassinat. Pour elle, l’exorcisme est difficile sur les esprits envoûtés par Sitarane. Les séances d’exorcisme se font à l’aide de prières, de la croix, du sel, de l’eau et de rotin bénits.
Sa réputation va au-delà des frontières de l’île, elle gagne les îles de l’Océan Indien mais aussi l’Europe, elle est connue et reconnue essentiellement en France. Médiatisée et sollicitée par les médias, elle participe notamment à des émissions comme « Incroyable mais vrai » de Jacques Martin. Avant sa mort, alors épuisé et malade du diabète, une équipe de TF1 filme ses activités
pendant une semaine. Elle décède, quelques semaines après ce tournage, le 15 août 1991, à l’hôpital de Saint-Pierre.

Plus d'infos, cliquez ici


Article lu 4668 fois

Photos