Saint Leu au 18eme siecle

architecture reunion,architecture ile reunion,architecture case créole,architecture creole

Saint Leu au 18eme siecle architecture reunion,architecture ile reunion,architecture case créole,architecture creole

Saint Leu Au 18eme Siecle

Saint Leu au 18eme siecle
Le phénomène se retrouve quelques années après pour un entrepôt de Saint-Leu (aujourd’hui, Hôtel des Postes). A peu près au même moment, s’élèvent plusieurs bâtisses à proximité. Il en est une qui, par la qualité de sa construction, tranche avec l’Hôtel des Postes (Place de la Mairie). Il s’agit là d’un très bel édifice aux pierres soigneusement taillées. De forme allongée, sous un toit à quatre pentes couvert de bardeaux, il s’apparente très fortement aux anciennes constructions de la Compagnie des Indes.

La difficulté de datation liée au manque de sources écrites, laisse douter de sa période de construction réelle. Il n’est pas impossible qu’il ait été bâti sous la fin du deuxième mandat de la Compagnie des Indes. L’entrpôt est encadré par deux édifices, aujourd’hui propriété de la commune, bien différents de ce dernier et même différents entre eux. Ils illustrent bien l’instabilité architecturale de la fin du 18ème siècle.

La mairie de Saint-Leu :

L’un deux, l’actuelle mairie de Saint-Leu, dont la disparition du crépis met à jour des nouvelles techniques de construction, montre une certaine régression dans la mise en œuvre. Les cinq arcs en plein cintre du rez-de-chaussée sont en briques alors que les linteaux droits à l’étage sont en bois. Il est vrai que le gain de temps lors de la réalisation est important et l’enduit permet de masquer toutes ces imperfections. Il ne faut cependant pas y voir là, un signe de manque de moyen. La bâtisse étant solide et aussi sa très grande largeur, ayant obligé son couvrement par la juxtaposition d’un grand et d’un petit toit (ce qui va devenir un grand classique à Bourbon plus tard, avec les extensions courantes des maisons).

L’autre bâtiment, encadrant celui du type « Compagnie des Indes », est une construction mixte, en pierres taillées pour le rez-de-chaussée et en moellons enduits pour l’étage. Ce genre de bâti, tout à fait nouveau, fera quelques émules à la fin du 18ème siècle, mais sans connaître une extension durable. Cependant, le volume rectangulaire long, aux travées rigoureuses, offrant un imposant « fronton-pignon côté-rue », est un modèle devenu une référence pour l’architecture urbaine commerciale dans les trente premières années du 19ème siècle (mais entièrement en moellons enduits). De nombreux exemples sont encore conservés aujourd’hui.

Cette intense activité urbanistique voit son apogée avec le chantier de l’église débuté en 1790. Sa construction assez mouvementée (qui s’explique par son lancement pendant la période révolutionnaire) sera de longue durée car elle s’achèvera au milieu du 19ème siècle. L’église de Saint-Leu s’inspire également de celle de Sainte-Suzanne. Elle en est d’ailleurs la dernière représentante à Bourbon.

De l’autre côté de la place est implanté un bâtiment contrastant fortement par sa petite taille avec son grand modèle à fronton-pignon. Il s’inscrit néanmoins parfaitement dans la trame urbaine locale.

La commune de Saint-Leu possède donc toute une série d’édifices illustrant la fin du 18ème siècle où cohabitent des constructions de qualités très différentes, bien que proches chronologiquement. Malgré leur différence stylistique, et aussi certainement de fonction et de commanditaires, ces bâtisses n’ont pas été implantées anarchiquement. En fait, elles s’inscrivent dans une certaine logique d’implantation et finissent par former un tout assez homogène.